Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 09:15
Meilleurs Voeux
Published by L'Oiseau Blanc
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 11:41
CONFERENCE DE PRESSE DU 24 NOVEMBRE 2015:

Cette conférence de presse donnée à l'Aéroclub de France a été l'occasion de faire le point auprès des journalistes de six dernières années de nos recherches et d'évoquer notre action future.

 

1. Rappel de cet « Air Derby »international qu'était en 1927 le prix Orteig et spécialement l’implication d’un mécène américain bien influent, le sénateur Hamilton Fish Junior III

 

2. Présentation des échanges de télégrammes entre le mécène américain de l'avion Bellanca "Columbia" et les Coast Guards.

 

3. Retour sur les morceaux d’épaves retrouvées en 1958 par Mr Mac Vane, pêcheur de homard à Cliff Islands, et les trop rapides conclusions des « experts » … Photos de l’épave retrouvée, forte similitude avec cette pièce au montage de l’avion…

 

4. Pour une meilleure compréhension des cartes, nous avons exposé:

-Le trajet à partir de Terre Neuve

-Les recherches sous marines pendant 5 années à Saint-Pierre et Miquelon

-Le courant du Labrador

La carte des futures plongées au large de Portland est confidentielle pour le moment.

 

5.  Pour mémoire : la Presse française annonçant l'arrivée de Nungesser et Coli à New York

 

6. Autres pièces :

-Popularité aux USA de Charles Nungesser, son film à Hollywood, ses 55 meetings, sa femme américaine Consuelo Hatmaker.

-Télégramme des coast-guards trouvant les 2 ailes blanches l’une au dessus de l’autre…

-Le livre de bord du Patrol Ice Cutter US Coast Guard "Modoc" le 9 mai 1927

-Le parcours prévu par F. Coli en cas de mauvais temps : Saint Pierre et Miquelon, option N°1

 

7. Les dernières pistes que nous comptons poursuivre en 2016

- Recherches sous-marines à Cliff Islands, Saint Pierre ...

- Recherches Archives Ministère des Affaires Etrangères , de l'Intérieur et autres

- Idem USA et Canada

 

8. LA "RECONNAISSANCE" DE NOS RECHERCHES

- La plus importante : LE PRIX TISSANDIER décerné par LA FAI (Fédération Aéronautique Internationale) qui nous a été remis le 25 septembre dernier à Rotterdam, lors de leur 109° Assises, devant les représentants de 35 nations. Un prix qui reconnait la traversée Est-Ouest de l'Atlantique par l'Oiseau Blanc (jusqu'ici "tombé en Manche") et la qualité de nos travaux ; une belle récompense que nous partageons avec vous tous.

- La promotion d’élèves Officiers au nom de Charles Nungesser, le 24 juillet 2015 à Saint Cyr Coetquidan.

- Le Restaurant « L’Oiseau Blanc » à l'Hotel Peninsula, l’ATR d’Air -Saint Pierre baptisé « L’Oiseau Blanc », l’Aéroport « Charles Nungesser à Valenciennes, les libellés des plaques de rue à refaire etc…

- 32 conférences déjà faites dans toute la France dont la dernière, ce 1er décembre 2015, à l'Ecole de l'Air de Salon de Provence….

- Et aussi le succès continu de notre livre, écrit avec Vincent Mongaillard et paru chez Arthaud Flammarion

 

… Nous avons collecté 2850 pièces d’un puzzle de 3000 pièces, encore un petit effort : il nous faut un nouveau grand partenaire pour terminer cette belle Aventure !

 

Bernard Decré

 

Published by L'Oiseau Blanc
commenter cet article
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 22:41

1. Nous avons convié nos amis journalistes à une Conférence de Presse le mardi 24 novembre de 9h à 10h à l’Aéroclub de France pour faire un point complet sur ces six années de recherches et nos dernières découvertes.
Nous leur remettrons un dossier complet.


2. Nous sommes en train de rechercher un nouveau Grand Partenaire en remplacement de SAFRAN qui nous a sérieusement aidé pendant ces quatres dernières années. Merci encore à eux, nous sommes fiers d’avoir pu porter leurs couleurs dans les nombreux medias qui nous ont suivis.
Un grand merci à Jean Paul Herteman son ancien Président qui s’est immédiatement passionné pour les recherches de l’Oiseau Blanc, son moteur Lorraine Dietrich faisant parti de leur patrimoine.

 

NOUS VOUS REMERCIONS DE NOUS AIDER DANS CETTE RECHERCHE ESSENTIELLE POUR BIEN TERMINER NOTRE ENQUETE.


Bernard Decré

Published by L'Oiseau Blanc
commenter cet article
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 10:13
"Il n'y a pas de fumée sans feu" ...au hasard d'une lecture.
"Il n'y a pas de fumée sans feu" ...au hasard d'une lecture.
"Il n'y a pas de fumée sans feu" ...au hasard d'une lecture.
"Il n'y a pas de fumée sans feu" ...au hasard d'une lecture.
Published by L'Oiseau Blanc
commenter cet article
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 09:46
La 1ère traversée Est-Ouest de l'Atlantique reconnue par la Fédération Aéronautique Internationale
La 1ère traversée Est-Ouest de l'Atlantique reconnue par la Fédération Aéronautique Internationale
La 1ère traversée Est-Ouest de l'Atlantique reconnue par la Fédération Aéronautique Internationale
La 1ère traversée Est-Ouest de l'Atlantique reconnue par la Fédération Aéronautique Internationale
La 1ère traversée Est-Ouest de l'Atlantique reconnue par la Fédération Aéronautique Internationale
Published by L'Oiseau Blanc
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 10:04

Notre partenariat de quatre années de collaboration exceptionnelle avec Safran arrive à terme à la fin de cette année.


Notre association et tous ses membres passionnés se joignent à moi pour remercier bien sincèrement son ancien Président-directeur général, Jean-Paul Herteman, et Pascale Dubois, Directeur de la Communication et du Mécénat de Safran pour ce partenariat remarquable qui a rendu possible et facilité nos recherches.

 

Nous n’oublierons pas les moments forts qui ont jalonné ces quatre années :

 

  • En juin 2011, à l’occasion du salon du Bourget, le chalet Safran était aux couleurs de l’Oiseau Blanc. Le Groupe y avait exposé un moteur Lorraine Dietrich et une maquette de l’Oiseau Blanc.

 

  • Début mai 2013, Safran USA a organisé une conférence à l’Ambassade de France à Washington pour saluer la mémoire des deux aviateurs Charles Nungesser et François Coli, disparus lors de leur tentative de traverser l’Atlantique à bord de l’Oiseau Blanc. L’objectif de cet événement, qui a rassemblé une centaine de personnes (parmi eux des clients, industriels, universitaires et journalistes), était de faire connaitre outre-Atlantique l’épopée de l’Oiseau Blanc, ainsi que le travail mené par l’association.

 

  • Fin mai 2013, lors d’une campagne de recherches à Saint-Pierre-et-Miquelon, Safran a organisé un déplacement de journalistes français et nord-américains. Pendant ce voyage, Jean-Paul Herteman et Eric Lindbergh, le petit fils de Charles Lindbergh, ont déposé une gerbe de fleurs devant le phare de Galantry, situé à proximité de l’endroit supposé de l’amerrissage de l’avion. La Garde côtière américaine, qui a œuvré en 1927 pour tenter de sauver les pilotes, était aussi présente lors de la cérémonie.

 

  • Le 1er août 2014, le palace Peninsula a ouvert à Paris. Son restaurant, baptisé
    « l’Oiseau Blanc », accueille un moteur Lorraine-Dietrich identique à celui de l’avion de Nungesser et Coli. Le moteur, qui appartient au Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget, a été entièrement restauré par les équipes de l’Association des Amis du Musée Safran, qui y ont travaillé pendant quatre mois.

 

Seul un Groupe comme Safran, que nous remercions encore, pouvait nous soutenir avec un tel brio, et nous aider dans ces recherches. Les récompenses officielles que nous recevons actuellement leur reviennent en grande partie.

 

De notre côté, mon équipe et moi-même avons été fiers de porter les couleurs de Safran, et particulièrement satisfaits des retombées médiatiques - auprès de nombreux media, en France, en Europe, au Canada et aux USA – obtenues grâce à leur soutien. MERCI à Safran pour ces quatre années d’heureuse collaboration.

 

Bernard Decré
Président de l’Association

La Recherche de l’Oiseau Blanc

23 septembre 2015

UN GRAND MERCI A SAFRAN
Published by L'Oiseau Blanc
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 10:31
Charles Nungesser honoré au Triomphe de Saint Cyr...
Charles Nungesser honoré au Triomphe de Saint Cyr...
Charles Nungesser honoré au Triomphe de Saint Cyr...


CHARLES NUNGESSER
Lors du Triomphe de Saint Cyr, le 25 Juillet à Coetquidan, la 54ème promotion de l'École Militaire Interarmes a fait de Charles Nungesser son prestigieux parrain lors de cette soirée exceptionnelle, entonnant, dans la nuit, un chant magnifique en l'honneur du "Hussard de la Mors!"


La Nation et l'Armée remettaient ainsi Charles Nungesser à sa juste place.

Merci à cette belle Promotion! Nous sommes fiers d avoir contribué à remettre au devant de la scène notre Héros, l'As de la guerre 14-18.

Published by L'Oiseau Blanc
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 08:15

Un bref résumé, à chaud, de cette nouvelle campagne qui nous ouvre de nouvelles perspectives.

SAINT PIERRE et MIQUELON: 27 juin au 3 Juillet 2015
(Voyage au parcours compliqué: Paris-Montréal-St John -Saint Pierre et Miquelon)

1- Recherches du Ravenel:
Lundi 29 juin, Réunion avec l’Association « Les disparus du Ravenel » présidée par son Président Sybil Olano, quinze personnes environ y assistent.
Rappel des recherches par l’Association de l’Oiseau Blanc, malgré un total de 90 journées de prospection entre la presqu’île de Burin et Saint Pierre, avec une équipe très compétente composée de deux ingénieurs spécialisés: Hervé Blanchet et Sébastien Goguet , avec un matériel de qualité: sonar, magnétomètre, 300m de cables, un treuil et un bateau parfaitement dirigé par Pierre Le Normand, nous n’avons pu situer l’épave du Ravenel.
Nos indications recueillies sur le « Point 168 » n’ont pour l’instant rien donné (cf Prospection du Laplace du SHOM en 2014).
Les cartes des surfaces prospectées ont été remises régulièrement aux autorités de Saint Pierre et à la DRASM (Direction des Recherches Sous Marines du Ministère de la Culture).
Très honnêtement nos moyens de recherches sont ce qu’il y a de mieux sur le marché. Ils sont loués à la Société GSE d’Aberdeen. Ils sont couteux et notre association venue initialement pour la recherche de l’Oiseau Blanc a déjà énormément investie dans la recherche du Ravenel.
La Marine Nationale, le SHOM, l’Ifremer etc… qui ont tenté de nous donner un coup de main, n’ont pas obtenu des résultats satisfaisants. Mais il faut être aussi passionné...
Les conclusions que notre Association veut apporter aux recherches du Ravenel qui ont été exposées à Mr le Prefet en juillet 2015 nous orientent vers une demande d’assistance avec des moyens aériens du type Bréguet Atlantique, car la zone est peut-être plus importante que prévue, la coque du navire ayant pu dériver sous l’eau et parcourir une distance beaucoup plus grande que notre hypothèse de départ?…C’est dans cet esprit que nous allons recontacter la Marine Nationale et le CNES déjà intéressés les années précédentes.
Bien entendu nos contacts avec les autorités canadiennes et leurs moyens techniques seront amplifiés, nous tiendrons les autorités de Saint Pierre et l’Association des disparus du Ravenel de l’avancement de nos contacts.

2- L’Oiseau Blanc:

Nous sommes venus fin juin et début juillet pour apporter des précisions nouvelles sur la recherche du moteur.
En effet les dernières analyses de la construction du Levasseur « l’Oiseau Blanc 
» montrent que l’appareil à court de carburant, avec un équipage épuisé après plus de 35 heures de vol, sans doute « abimé » par des tirs de bootleggers et de Coast guards, peut être aussi génè par une nappe de brouillard, a effectué un mauvais amerrissage qui leur fut fatal.
Nous pensons qu’ils ont percuté l’eau en approche du port de Saint Pierre, peut-être un peu plus loin que nos recherches actuelles: 4 à 6 mn au lieu de 2 ou 3 mn.

POURQUOI INTENSIFIER DES RECHERCHES DANS LE MAINE:
Une bonne douzaine d’interviews, de contacts avec des spécialistes de l’Histoire aéronautique, 1500kms parcourus.

Alors que nous recherchons avec notre équipe et Pierre Le Normand, des restes de l’épave de l’Oiseau Blanc, après 87 ans de disparition sous l’eau, nos conclusions estimaient que seul le bloc moteur de 450kgs pouvait encore subsister devant Saint Pierre...
Cette conclusion s’avère peut être fausse. En effet après 35 heures de vol, les trois réservoirs sont vides et ont certainement servis de flotteur au bloc moteur qui n’a pas du se dissocier du fuselage lors du contact de l’appareil avec l’eau, à 65km/h environ. Seules les ailes se sont alors désolidarisées du fuselage.
C’est pourquoi nos recherches des restes de l’épave de l’Oiseau Blanc vont s’orienter vers Cliff et Jewels Island, où des morceaux d’avion pouvant être de l’Oiseau Blanc auraient été retrouvés en 1958 par le pêcheur Mac Vane. N’oubliez pas ce fameux courant Est Ouest du Labrador...
Ce fut aussi le but de notre mission cette année: contacter les pêcheurs de ces îles et les interroger.
Nous avons voulu approfondir les pistes des recherches menées par les deux associations américaines TIGHAR et NUMA sur la disparition de l’Oiseau Blanc « dans le Maine »…n’ont-elles pas contribué à colporter de fausses pistes? Nous le pensons sérieusement.
Sans reprendre dans le détail le très gros travail d’investigation mené ces derniers jours à Bangor, Macchias, Princetone et ses acteurs qui sont maintenant très agés, il apparaît que rien de très sérieux pourrait amener à considérer un amerrissage de l’Oiseau Blanc dans un lac du Maine.
L’immense étendue de forêt et de très nombreux lacs, dont quatre ou cinq font partis de la « légende de l’Oiseau Blanc »: Love Lake, Round Lake etc..nous amène à ne pas considérer sérieusement leur disparition dans cette zone, mais il y aurait peut-être un autre appareil qui se serait abimé le même jour dans le Maine et qui aurait pu se confondre avec la disparition de l’Oiseau Blanc…d’où notre grande prudence.
En résumé, les archives consultées ces derniers jours au Musée de l’Air de Bangor, à Portland, à Boston montrent le très grand intérêt des medias et de la population porté à l’époque à nos deux héros. À tel point que deux lacs, situés au Canada portent les noms de Charles Nungesser et de François Coli.
En Conclusion, nous considérons que notre hypothèse de départ, à savoir la volonté de nos pilotes de se poser devant le port de Saint Pierre est certainement l’hypothèse la plus solide. Il faut aussi considérer très sérieusement l’époque de la prohibition et cette véritable guerre entre bootleggers et les coastguards. Enfin les derniers éléments trouvés sur un éventuel
« arrangement » entre nos deux pays de tout gommer sur leur disparition, et de faire croire qu’ils se seraient abimés dans la Manche, pour ne pas faire d’ombre à Charles Lindbergh, doivent être considérés très sérieusement.
Une grande chaine américaine, la WCSH avec son reporter bien connu Bill Green, nous a interviewé sur l’Oiseau Blanc, pour un sujet qui passera fin juillet. Le Magazine Portland news nous avait déjà consacré 8 pages sur nos recherches: et nous avons pu constater son gros impact dans le Maine!
Il nous faudra certainement une bonne année et demie pour conclure sur leur mystérieuse disparition, mettre bien en ordre nos conclusions, les dernières pièces de ce passionnant puzzle étant en voie d’être trouvées, on devrait définitivement pouvoir enfin tout expliquer.

…Rassurez vous il y aura des surprises de taille!

Bernard Decré (le 12 juillet de retour avec Pierre Le Normand sur un périple aux rencontres riches en nouveaux éléments, de recherches denses et épuisantes de Saint Pierre et du Maine)

 

 Musée de Bangor, avec un carton entier contenant des documents sur l’Oiseau Blanc…

Musée de Bangor, avec un carton entier contenant des documents sur l’Oiseau Blanc…

Pierre Le Normand au musée aéronautique de Bangor devant le stand de l'Oiseau Blanc

Pierre Le Normand au musée aéronautique de Bangor devant le stand de l'Oiseau Blanc

Published by L'Oiseau Blanc
commenter cet article
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 10:08
ET SI LE BLOC MOTEUR ETAIT RESTÉ FIXÉ AU FUSELAGE?…

Dans l’hypothèse sérieuse d’une tentative d’amerrissage devant Saint Pierre, le 9 mai 1927 vers midi, après 36 à 37 heures de vol, on a bien compris qu’ils n’ont plus assez d’essence, qu’ils ont décidé de se poser devant le seul port dans le secteur: Saint Pierre. Ils ont du essayer de faire l’arrondi vers 70km/h, la fatigue, le brouillard local, peut-être l’avion et très certainement l’équipage, en état "moyen"…ont fait qu’ils ont tapé avec l’hélice. Le moteur tournait, les ailes se sont arrachées du fuselage, mais le bloc moteur ne s’est pas forcément arraché du fuselage, comme nous l’avons toujours pensé.
Le fuselage a du flotter, puis le poids du moteur (450kgs), l'hélice (110kgs et non 30kgs), le bâti, les réservoirs, le tableau de bord et ses instruments, tout cela totalise environ 900 à 1000kgs placé sur l’avant. Donc ils ont du flotter comme le bouchon d’une ligne de pêche, la queue de l’appareil à partir du cockpit a du surnager un moment, les réservoirs vides servant de flotteur !… Et puis tout cela a du se stabiliser entre deux eaux, entrainé par le courant du Labrador vers les côtes de Nouvelle Ecosse, et peut être vers les îles de Cliffs Island et de Jewels Islands où notre pêcheur de homard Mr Mac Vane aurait retrouvé des morceaux d’avion fin des années 50 !… C’est aussi ce que nous allons essayer de voir en juillet, lors de notre prochaine campagne.

Published by L'Oiseau Blanc
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 07:21
Un grand merci à la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile)
Published by L'Oiseau Blanc
commenter cet article